Le site officiel de Alain Musset: Biographie, Bibliographie, Infos, Discussions, Actualités... simplement en un clic!


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Justice, méthodes, représentations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Justice, méthodes, représentations le Mar 21 Avr - 19:22

Extraits et citations:
Justice, méthodes, représentations


Cette rubrique présente une série de courts textes extraits des travaux d’Alain Musset, classés par thèmes et par ordre chronologique – en espérant que cette présentation donnera aux lecteurs l’envie d’en savoir plus sur les sujets évoqués. Bien entendu, un tel catalogue est fait pour être enrichi et développé de manière interactive, à partir de vos propres lectures.

Esta rúbrica presenta una serie de cortos textos encontrados en los trabajos de Alain Musset, clasificados por temas y por orden cronológico - esperando que esta presentación dará a los lectores el deseo de saber más sobre los temas mencionados. Por supuesto, tal catálogo debe ser desarrollado y profundizado de manera interactiva, a partir de sus propias lecturas.

This heading presents a series of short texts extracted from Alain Musset’s papers, classified by topics and chronological order - hoping that this presentation will incite the readers to know more about the evoked subjects. Of course, such a catalogue is made to be enriched and developed in an interactive way, starting from your own readings.



Justice sociale et justice spatiale/Justicia social y justicia espacial


Injustice et vulnérabilité/Injusticia y vulnerabilidad.
« La injusticia de los sistemas sociales no solo se basa en la inequidad de los territorios, sino que aumenta su grado de vulnerabilidad frente a amenazas internas (por ejemplo, enfrentamientos entre comunidades) o externas (caso de los riesgos supuestamente “naturales”) ».
Alain Musset, ¿Geohistoria o geoficción? Ciudades vulnerables y justicia espacial, Medellín, Universidad de Antioquia, 2009, p. 200.

Paysages de l’injustice/Paisajes de la injusticia.
« L’espace des inégalités est avant tout un espace vécu et perçu comme tel par ses habitants. Cependant, les paysages ne créent pas l’injustice : ils n’en sont que l’illustration ou le symptôme. Ils mettent en scène les disparités sociales et alimentent les discours identitaires ».
Alain Musset, « León/Sutiaba (Nicaragua) : frontière ethnique et justice spatiale », Annales de Géographie, n° 665-666, 2009, p. 118.

Universalité de la justice ?/Universalidad de la Justicia ?
« Le caractère relatif des perceptions individuelles et collectives dans des contextes culturels distincts pose la question de l’universalité des critères socio-économiques sur lesquels peut ou doit se fonder la notion même de justice sociale ».
Alain Musset, « León/Sutiaba (Nicaragua) : frontière ethnique et justice spatiale », Annales de Géographie, n° 665-666, 2009, p. 125.


Pratiques et méthodes/Prácticas y métodos


Pour une typologie des villes déplacées/Por una tipología de las ciudades trasladadas.
« Pour comprendre l’impact du transfert sur les habitants, mais aussi sur l’organisation de l’espace régional, quatre variables fondamentales doivent être prises en compte : la distance entre l’ancien et le nouveau site (amplitude) ; le nombre des villes déplacées à l’échelle régionale (densité) ; le temps écoulé entre la fondation et le déplacement (rythme) ; le nombre des déplacements subis par une ville au cours de son histoire (fréquence). La mise au point de ces quatre variables permet à la fois de délimiter des espaces régionaux, de distinguer des types de villes, et de mieux comprendre les modes de fonctionnement de la société urbaine, à un moment donné de son histoire ».
Alain Musset, Villes nomades du Nouveau Monde. Paris, Éditions de l'EHESS, 2002, p. 110.

Objets, outils, échelles/Objetos, herramientas, escalas.
« Il ne s'agit pas pour les sciences sociales de privilégier un outil de recherche plutôt qu'un autre, une échelle d'analyse plutôt qu'une autre, un objet d'étude plutôt qu'un autre, mais plutôt de ne pas oublier que toutes les échelles sont révélatrices, parce qu'en modifiant nos perspectives de travail, elles nous permettent de varier les problématiques qui en découlent ; tous les outils sont utiles, parce qu'ils sont complémentaires ; tous les objets sont dignes d'intérêt parce qu'ils mettent à l'épreuve l'ensemble de nos perceptions, de nos interprétations et de nos connaissances ».
Alain Musset, « Le 11 septembre, l’Amérique et les sciences sociales », Cahiers des Amériques Latines, n° 37, 2001, p. 11.

Chinampas de Xochimilco et hortillonnages d’Amiens.
« La comparaison permet donc de travailler sur des écosystèmes en grande partie artificiels, mais qui, dans les deux agglomérations, sont présentés comme des espaces « naturels » fragiles, menacés par la croissance urbaine. En mettant en valeur ce qui, dans des contextes géographiques et culturels entièrement différents, dépend de l’universel, l’exercice relativise la valeur des découpages socio-économiques traditionnels et montre que, plus que jamais, il est nécessaire de penser systématiquement l’organisation des territoires à l’échelle de la parcelle comme à celle du monde ».
Alain Musset, « L’agriculture sur l’eau en milieu urbain : les hortillonnages d’Amiens et les chinampas de Xochimilco », Bulletin de l’Association de géographes français, Paris, AGF, 2003 n° 3, pp. 326.


Les lieux de la mémoire et de l’oubli/Los lugares de la memoria y del olvido.
« Pour comprendre la relation établie au fil du temps entre une société et son territoire, il ne suffit donc pas de s’intéresser aux trop fameux lieux de mémoire qui sont le garant d’un patrimoine historique commun et reconnu de tous : il est tout aussi important d’enquêter sur les lieux de l’oubli qui, comme l’ont démontré Halbwachs (1950), Ricœur (2000) ou Augé (1998), joue un rôle essentiel (mais plus discret) dans la construction des identités collectives ».
Alain Musset, « C’est là que…Peyruis et les "petits hauts lieux" d'une mémoire familiale », Cahiers de Géographie du Québec, volume 52, numéro 145, avril 2008, p. 66.

Limites de la réalité.
« En ce qui concerne la ville et le monde urbain, le chercheur ne peut plus prétendre décrire la réalité, ni se contenter de présenter de manière « objective » la complexité des filtres qui lui interdisent d’atteindre cette réalité. En reconnaissant ses propres limites, il fixe les limites de son objet. C’est son regard et sa méthode qui le transforment en sujet, c’est-à-dire en problème ».
Alain Musset, « La ville-planète de Coruscant (Star Wars) : habiter l’imaginaire, imaginer l’habiter », dans L’habiter dans sa poétique première. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, sous la direction d’Augustin Berque, Alessia de Biase et Philippe Bonnin, Paris, Éditions Donner Lieu, 2008, p. 132.

Los límites de la realidad.
Por lo que se refiere a la ciudad y al mundo urbano, el investigador ya no puede pretender describir la realidad, ni limitarse a presentar de manera objetiva la complejidad de los filtros que le prohíben alcanzar esta realidad. Al reconocer sus propios límites, fija los límites de su objeto. Es su mirada y su método que lo transforma en tema, es decir en problema.
Alain Musset, ¿Geohistoria o geoficción? Ciudades vulnerables y justicia espacial, Medellín, Universidad de Antioquia, 2009, p. XXII.

Réalités et représentations/Realidades y representaciones.
« Una investigación que se enfoca en el campo de las representaciones, sin descartar la complejidad de los estudios de campo ―es decir el terreno “real” como objeto y método de análisis―, tiene como meta cruzar de manera dialéctica la investigación empírica y la reflexión teórica, en particular para poner en tela de juicio nociones clave de las ciencias sociales contemporáneas ».
Alain Musset, ¿Geohistoria o geoficción? Ciudades vulnerables y justicia espacial, Medellín, Universidad de Antioquia, 2009, p. 199.

Culture et relativisme/Cultura y relativismo.
« Sin caer en los excesos de un relativismo universal que conduce a poner en duda toda forma de construcción científica de los objetos sociales, me parece imprescindible ubicar estos en su contexto cultural, en particular por parte del observador que solo puede ver lo que aprendió a ver ».
Alain Musset, ¿Geohistoria o geoficción? Ciudades vulnerables y justicia espacial, Medellín, Universidad de Antioquia, 2009, p. XXV.

Arquétypes spatiaux/Arquétipos espaciais
Entendo por arquétipo espacial uma configuração geográfica teórica aplicada a um espaço virtual a fim de extrairr uma estrutura territorial suposta universal fundada sobre um sistema de valores políticos, econômicos, sociais ou culturais. Essas configurações podem se construir sobre uma oposição dialética entre dois termos antinômicos : Centro-Periferia, Norte-Sul, Baixo-Alto, Local-Global...
Alain Musset, « De Lênin à Lacoste. Os arquétipos espaciais de subdesenvolvimento », dans Compreendo a complexidade socioespacial contemporânea, sous la direction de Marie Teresa F. Ribeiro et Carlos Roberto S. Milani, Salvador, EDUFBA, 2009, p. 89.

Le terrain et la théorie/trabalho de campo e teoria
Para se compreender a organização e a transformação dos territórios sociais, o trabalho de campo é, então, o melhor dos parapeitos, mas ele só tem interesse quando recolocado dentro de um quadro espacial teórico que nos permite a um só tempo contextualizar a escala local e extrair daí as generalidades necessárias à compreensão de fenômenos globais. Se o território não é solúvel dentro dos arquétipos espaciais, estes têm, no entanto, o mérito de lhe dar um sentido – mesmo que toda a dificuldade consista em reconhecer e criticar o sistema de valores que, conscientemente ou não, orienta esse sentido e guia nossa percepção da realidade.
Alain Musset, « De Lênin à Lacoste. Os arquétipos espaciais de subdesenvolvimento », dans Compreendo a complexidade socioespacial contemporânea, sous la direction de Marie Teresa F. Ribeiro et Carlos Roberto S. Milani, Salvador, EDUFBA, 2009, p. 111.

Villes et représentations/Ciudades y representaciones


Le sens de la rue/El sentido de las calles.
« Même au Brésil, pourtant moins réputé que le Mexique ou l’Argentine pour le nombre et la qualité de ses peintures murales, la rue est devenue un lieu spontané d’expression graphique où les images se superposent, se mélangent et s’affrontent dans une lutte permanente pour occuper l’espace et lui donner un sens ».
Alain Musset, « Les murs des villes brésiliennes, miroirs des mutations urbaines », dans La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles), sous la direction de Laurent Vidal, Paris, Rivages des Xantons, 2008, p. 313.

Pédagogie du graffiti/Pedagogía de los murales.
« Comme les vitraux des églises médiévales permettaient aux gens du peuple de lire l’histoire de la Passion et de se familiariser avec l’Evangile, la peinture de rue adresse un message politique et social (parfois philosophique et religieux) à celui qui la contemple ».
Alain Musset, « Les murs des villes brésiliennes, miroirs des mutations urbaines », dans La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles), sous la direction de Laurent Vidal, Paris, Rivages des Xantons, 2008, p. 314.

Voir le profil de l'utilisateur http://alain.musset.superforum.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum