Le site officiel de Alain Musset: Biographie, Bibliographie, Infos, Discussions, Actualités... simplement en un clic!


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Géopolitique des Amériques latines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Géopolitique des Amériques latines le Jeu 24 Jan - 12:26

Cette rubrique présente des articles portant sur la géopolitique des Amériques latines
Este apartado presenta artículos relacionados con la geopolítica de las Américas latinas
This field is presenting papers related with Latin America’s Geopolitics



Le Mexique entre deux Amériques
Paris, Ellipses, 1994

Introduction

http://www.scribd.com/doc/27810253/1994-Mexique-entre-deux-Ameriques-intro


La signature en 1992 d'un traité de libre échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique a bouleversé les données économiques du monde contemporain. L'Amérique du Nord est désormais composée de trois Etats qui couvrent 21 311 000 Km2, comptent 360 millions d'habitants et pèsent plus de 6 500 milliards de dollars (PIB cumulé de 1991)…

In 1992, he signature of free trade agreement between the United States, Canada and Mexico upset the economic situation of the contemporary world. North America is from now made up of three States which cover 21,311,000 km2, count 360 million inhabitants and weigh more than 6,500 billion dollars (cumulated GDP of 1991)…

La firma en 1992 de un Tratado de libre comercio entre los Estados Unidos, el Canadá y México trastornó los datos económicos del mundo contemporáneo. Norteamérica en adelante está formada por tres Estados que cubren 21.311.000 Km2, cuentan con 360 millones de habitantes y pesan más de 6.500 miles millones de dólares (PIB acumulado de 1991)…



Géopolitique du Mexique
Bruxelles, Éditions Complexe, 1996, 143 p.


http://books.google.fr/books?id=dEzGSjM1hUgC&pg=PA6&lpg=PA6&dq=mexico,+barda&source=web&ots=R1fqG6HK-8&sig=d8hE6jQgyqX6317vH9fqlZK6k_U&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=7&ct=result#PPA30,M1

Un simple coup d'œil à une carte permet de voir que le Mexique est un pays de transition entre l'Amérique du Nord et l'Amérique latine . Les géopoliticiens ont d'ailleurs longtemps hésité avant de le faire basculer vers le nord du continent. Ils ont alors choisi de privilégier l'aspect économique du problème, au détriment des racines culturelles d'un pays façonné par la conquête espagnole, l'évangélisation des Indiens et des structures sociales qui le rattachent de manière indéniable à l'Amérique du sud. Mais il est vrai que le Mexique est lui-même partagé en deux, entre un nord plus industrialisé et plus européen, attiré par les Etats-Unis, et un sud plus agricole et plus indigène, dont les caractéristiques socio-économiques  rappellent celles de l'Amérique centrale…



Interventionnisme, libéralisme et mondialisation : l’Amérique latine dans tous ses États
Les Cahiers des Amériques Latines, n° 26, 1998, pp.  69-74
http://www.scribd.com/doc/26516196/1997-Amerique-latine-Liberalisme-et-mondialisation

Les années 1997 et 1998 ont été marquées par l'effondrement des marchés boursiers en Asie, par la diffusion de la crise monétaire à la Russie post-socialiste et aux pays dits "émergents", et par la remise en cause d'un certain nombre de dogmes néolibéraux qui voulaient jeter aux oubliettes de l'histoire l'idée d'un État régulateur et entrepreneur des politiques de développement.

1997 and 1998 were remembered by the collapse of the stock markets in Asia, by the diffusion of the monetary crisis in post-Socialist Russia and in the so-called "emergent" countries, and by the questioning of some liberal dogmas which wanted to throw out the idea of a regulating State instigator of development policies.



Las fronteras del istmo centroamericano : una geopolítica de larga duración
Estudios Fronterizos, revista de la UABC (Mexicali), n° 40, 1997, pp. 159-187
http://www.scribd.com/doc/26312568/1997-centroamerica-fronteras




Poste frontière de Peñas Blancas, entre le Nicaragua et le Costa Rica (© Alain Musset)

Contrariamente a muchas ideas generadas, las fronteras que dividen a América Central en siete estados diferentes no tienen por origen las fracturas políticas provocadas por las guerras de independencia del principio del siglo XIX. Ellas son el resultado de un largo proceso de elaboración y consolidación nacido en el momento de la conquista española y que aún no ha terminado...

Against many generated ideas, the borders that divide today Central America in seven different States don't take their origin in the political breaks provoked by the Independence Wars of the beginning of the XIXth century.They are the result of a long process of making and consolidation based in the moment of the Spanish conquest and that still has not ended…



De la Nueva España a México : nacimiento de una geopolítica (en colaboración con Carmen Val Julian)
Relaciones, El Colegio de Michoacán, Vol. XIX, n° 75, 1998, pp. 113-140

http://www.scribd.com/doc/26312785/1998-Mexico-geopolitica

Nos interesamos ahora por la toponimía colonial en el caso del territorio conquistado por Hernán Cortés entre 1519 y 1521. Tal territorio no corresponde a un ente preexistente único, sino que forma un espacio abierto al que la Conquista española le viene a conferir una unidad, unos límites - sujetos a cambios - y un nombre : la Nueva España...

We are interested now in the colonial toponymy in the case of the territory conquered by Hernán Cortés between 1519 and 1521. Such territory did not correspond to a unique preexisting being. It formed an open space to which Spanish conquest confered not only some unity but borders - subject to changes - and a name: the New Spain…



Villes, frontières et nations en Amérique centrale
Hérodote, n° 99, 2000, pp. 37-60

http://www.scribd.com/doc/26313054/2000-amcent-frontieres

La région de l'isthme centraméricain est parfois considérée comme les Balkans du Nouveau Monde. Les tensions internes et externes qui caractérisent cette région sont le résultat d'un long processus de fragmentation sociale, ethnique et territoriale initié au début de l'époque coloniale et qui a culminé dans la première moitié du XIXe siècle, quand les frontières administratives de la capitainerie générale du Guatemala ont servi de base aux différents Etats indépendants à la recherche d'une légitimité nationale. Dans ce contexte, les villes capitales ont joué un rôle essentiel en organisant l'espace de pays où les zones frontières apparaissent aujourd'hui comme marginalisées et sous-développées.

La region del istmo centroamericano esta a veces considerada como los Balkanes del Nuevo Mundo. Les tensiones tanto internas como externas que caracterizan esta zona no son sino el resultado de un largo proceso de fragmentacion social, etnica y territorial iniciado desde los principios de la época colonial y que culmina en la primera mitad del siglo XIX, cuando las fronteras administrativas de la Capitania General de Guatemala sirvieron de base para la elaboracion de distinctos Estados independientes en busqueda de su legitimidad nacional. En este contexto, las ciudades capitales jugaron un papel relevante en la organizacion espacial de paises donde las zonas fronterizas aparecen hoy en dias marginalizadas y sub-desarrolladas.

The area of the centeramerican isthmus is sometimes regarded as the Balkans of the New World. The internal and external tensions which characterize this region are the result of a long process of social, ethnic and territorial fragmentation initiated at the beginning of the colonial time and which culminated in the first half of the XIXth century, when the administrative borders of the Capitania General of Guatemala were used as a basis for independent States in search of a national legitimacy. In this context, the capital cities played an essential part by organizing a country space where the frontier zones seem today marginalized and underdeveloped.



Le Nicaragua, introduction à une Amérique latine extrême (avec Joël Delhom)
Nicaragua, dans l'oeil du cyclone, Paris, IHEAL-IHNCA-UBS, pp. 5-16
http://www.scribd.com/doc/26313446/2000-Nicaragua-intro


Sur les hauteurs de Managua (cerro Tiscapa), un blindé incendié rappelle la lutte menée par les sandinistes pour vaincre la dictature du clan Somoza.

À bien des égards, le Nicaragua semble être un résumé ou une caricature du système latino-américain, avec son histoire chaotique, marquée par la longue dictature de la famille Somoza, ses structures socio-économiques particulièrement inégalitaires, ses relations conflictuelles avec les États-Unis. Si Alain Rouquié a pu écrire que l'Amérique latine était un extrême occident, le Nicaragua est sans doute l'expression d'une Amérique latine extrême.

En muchos aspectos, Nicaragua parece ser un resumen o una caricatura del sistema latino-americano, con su historia caótica, caracterizada por la larga dictadura de la familia Somoza, con sus estructuras socioeconómicas especialmente desiguales, con sus relaciones conflictuales con los Estados Unidos. Si Alain Rouquié pudo escribir que la América Latina era un extremo occidente, Nicaragua es por cierto la expresión de una América Latina extrema.

With many regards, Nicaragua seems to be a summary or a caricature of the latin-american system, with its chaotic history, marked by the long dictatorship of the Somoza family, its particularly uneven socio-economic structures, its conflictual relations with the United States. If Alain Rouquié could write that the Latin America was an extreme occident, Nicaragua is undoubtedly the expression of an extreme Latin America.



L’intégration américaine : le puzzle des États, la mosaïque des traités
dans Alena-Mercosur, enjeux et limites de l’intégration américaine
Alain Musset et Victor M. Soria (dir.). Paris, IHEAL-INTAM, 2001, pp. 7-24

http://www.scribd.com/doc/26313610/2001-America-integracion

À l’aube du troisième millénaire, après deux siècles de querelles de clochers, de déchirements internes et de luttes fratricides, les pays hispano-américains semblent parfois rêver du bon vieux temps, celui où la Couronne espagnole garantissait à ses territoires d’outre-mer une unité politique, religieuse, culturelle et monétaire – même s’il s’agissait d’une unité de façade, qui masquait difficilement jalousies, rivalités et règlements de compte entre les loyaux sujets de sa Majesté…

At the daybreak of the third millennium, after two centuries of quarrels, internal tearings and fratricidal conflicts, the Spanish-American countries sometimes seem to dream about the "good old time", when the Spanish Crown guaranteed in its overseas territories a political, religious, cultural and monetary unity – even if it was a showy unity which hardly concealed jealousy and rivalries between the loyal subjects of his Majesty…



La cartographie, ça sert aussi à faire la guérilla : représentations stratégiques du territoire nicaraguayen,
années 1970-1980

Cahiers des Amériques Latines, n° 36, 2001, pp. 93-125.
http://www.scribd.com/doc/26313849/2001-Nicaragua-cartografia
http://www.iheal.univ-paris3.fr/IMG/CAL/cal36-dossier5.pdf



Carte de la guérilla sandiniste (1979). Quartier de Waspan, à Managua (© IHNCA)

Privés de cartes officielles (réservées à l’armée régulière et à la Garde nationale) les guérilleros sandinistes qui, à la fin des années 1970, luttaient contre les forces fidèles à la famille Somoza, ont été obligés d’élaborer des représentations artisanales du territoire national, afin de préparer leurs attaques, de choisir leurs cibles ou tout simplement de retrouver leur chemin dans des endroits qu’ils ne connaissaient pas. De la même manière, en 1980, les jeunes étudiants envoyés dans les zones rurales pour alphabétiser les paysans nicaraguayens et sauvegarder la mémoire des années de guerre ont dessiné de nombreuses cartes représentant la région où ils étaient affectés. Les indications stratégiques, économiques ou culturelles contenues dans ces documents sont essentielles pour comprendre le fonctionnement de la société nicaraguayenne à un moment clef de son histoire.

Without official maps (reserved to the regular army and the National Guard), the Sandinist guerilla troops who were fighting against Somoza family’s forces at the end of the seventies needed to shape artisanal maps of the national territory in order to prepare their attacks, choose their targets or simply find their way back in areas they didn’t know. In the same way, in 1980, the young students sent to the rural districts to teach the Nicaraguan country people and save the memory of these years of war, drew numerous maps of the district they had been posted to. The strategic, economic or cultural information of these documents are essential to understand the functioning of the Nicaraguan society at a turning point of its history.



Une géopolitique, des Amériques
Géopolitique des Amériques, Paris, Nathan, 2006, pp. 11-16

http://www.scribd.com/doc/26314235/2006-ameriques-geopolitique

Pour le continent américain, marqué à toutes les échelles spatiales par l'extrême diversité des situations politiques, culturelles, économiques et sociales, l'analyse géopolitique doit permettre de répondre au défi posé par la multiplicité des identités collectives et les impératifs de l'union économique: Amérique du Nord, Amérique du Sud, Amérique centrale, Amérique andine, Amérique hispanique, Amérique ibérique, Mexamérique, Mésoamérique… Même s'il faut relativiser la portée de ces divisions dans un contexte international favorable aux processus d'intégration régionale, la route est encore longue pour aboutir à une Amérique  sans adjectif.

For the American continent, marked  by the extreme diversity of the political, culltural, economic and social situations, the geopolitical analysis make it possible to answer the challenge posed by the multiplicity of the collective identities and the requirements of the economic union: North America, South America, Central America, Andean America, Hispanic America, Iberian America, Mexamerica, Mesoamerica… Even if it is necessary to relativize the range of these divisions in an international context favorable to the processes of regional integration, the road is still long to lead to an America without adjective.



Géopolitique des Amériques. De nouveaux outils pour comprendre ses enjeux
Entretien avec Sophie Clairet, Diplomatie n° 22, octobre 2006, pp. 38-41.
http://www.scribd.com/doc/27755693/2006-Diplomatie-Geopolitique-des-Ameriques

En 1507, le cartographe Martin Waldseemüller dessine le mot "America" sur la mappemonde qu'il réalise au sein du Gymnase vosgien de Saint-Dié. Quelque cinq siècles plus tard, comprendre la géopolitique des Amériques est l'un des défis majeurs posés à la France.

In 1507, the cartographer Martin Waldseemüller draws the word “America” on the map of the world he is painting within the Vosgean Gymnasium of Saint-Dié. Some five centuries later, to understand the geopolitics of Americas is one of the major challenges posed for France.

En 1507, el cartógrafo Martin Waldseemüller dibuja la palabra “América” sobre el mapa del mundo que esta realizanbdo en el Gimnasio de los Vosgos de San Die. Aproximadamente cinco siglos más tarde, entender la geopolítica de las Américas es uno de los retos principales que Francia tiene que enfrentar.



Le Honduras en crise: vie et mort des Constitutions
Cahiers des Amériques latines, n°57-58, pp. 7-13

http://www.scribd.com/doc/27756135/2009-Honduras-Constitutions

Quand on écrit une chronique sur un sujet d'actualité en sachant que  le texte final ne sera publié que trois mois plus tard, sans savoir comment vont tourner les événements et quel chemin va choisir l'histoire, une seule question taraude l'auteur: comment ne pas être ridicule? J'écris en effet cette petite analyse de la crise hondurienne en plein cœur de la tourmente (le 12 juillet 2009), dans ma chambre d'hôtel du Sueño de Meme, à León (Nicaragua), alors que les lecteurs en savent sûrement plus que moi car on peut supposer qu'au mois d'octobre prochain on aura trouvé une issue à la crise (en particulier parce que le calendrier électoral hondurien prévoyait une élection présidentielle en novembre). Paradoxe de l'écriture et des délais d'impression qui touchent en priorité les éditions universitaires... A quoi peut alors servir cette chronique? Justement, à jouer sur les paradoxes et à réfléchir sur un événement immédiat en essayant de prendre de la distance, en portant sur les faits un regard éloigné qui permet de les relativiser, de les remettre à leur place et d'en tirer, peut-être, l'essentiel...



L'éternel retour de l'Amérique latine
Diplomatie n°43, mars-avril 2010, pp. 42-45.

http://www.scribd.com/doc/28130202/2010-Diplomatie43-Amerique-latine



Après deux décennies de mutations diverses et de consolidation à la fois économique, culturelle et démocratique, l’Amérique latine est de retour sur la scène internationale — mais ce retour est marqué par de très grandes ambiguïtés. Alors que le Mexique et surtout le Brésil s’affirment comme des puissances émergentes capables de rivaliser ou de discuter d’égal à égal avec l’Europe et les États-Unis, tout en approfondissant leurs échanges et leur coopération avec l’Inde et la Chine, les modèles économiques libéraux qui ont triomphé dans les années 1980-1990 sont de plus en plus contestés par des nations dites « progressistes » qui dénoncent l’hégémonie et l’impérialisme de la Maison Blanche, comme au bon vieux temps de la Guerre Froide.

After two decades of  transformations and economic, cultural and democratic consolidation, the Latin America is coming back on the international scene - but this return is marked by very great ambiguities. Whereas Mexico and Brazil affirm themselves like emergent powers able to compete or discuss equal footing with Europe and the United States, while looking further into exchanges and cooperation with India and China, the liberal economic models which triumphed in the years 1980-1990 are more and more disputed by nations known as “progressists” which denounce the hegemony and the imperialism of the White House, as at the good old day of the Cold War.

Después de dos décadas de cambios y consolidación a la vez económica, cultural y democrática, América Latina está de regreso en la escena internacional - pero este regreso e caracteriza por enormes ambigüedades. Mientras que México y sobre todo Brasil se afirman como potencias emergentes capaces de competir o discutir de igual a igual con Europa y los Estados Unidos, profundizando al mismo tiempo sus intercambios y su cooperación con China y la India, los modelos económicos liberales que triunfaron en los años 1980-1990 son impugnados cada vez más por naciones dichas “progresistas” que denuncian la hegemonía y el imperialismo de la Casa Blanca, como en el viejo tiempo de la Guerra Fría.



Le Mexique et les cartels de la drogue:
guerre sale, guerre perdue?


Diplomatie
Les grands dossiers n°1
février-mars 2011, pp. 68-72.

http://www.scribd.com/doc/48361220/2011-Mexique-narcos-guerre


Depuis plusieurs années, le Mexique a remplacé la Colombie quand on parle de violence liée au trafic de drogue. La multiplication des massacres dans les villes du Nord proches de la frontière, et en particulier à Ciudad Juárez, ont focalisé l’attention des medias et suscité l’inquiétude non seulement des milieux politiques internationaux mais aussi des investisseurs étrangers. Entre 2006 et 2010, La guerre lancée par le gouvernement contre les cartels aurait fait plus de 28 000 morts et ne semble pas pouvoir être gagnée.

For several years, Mexico has replaced Colombia when one speaks about violence related to the drug trafficking. The multiplication of the massacres in the cities of North close to the border, and in particular in Ciudad Juárez, focused the attention of the medias and caused the concern not only of the international political milieu but also of the foreign investors. Between 2006 and 2010, the war launched by the government against the cartels would have made more than 28,000 deaths and does not seem to be able to be gained.

Desde hace varios años, México sustituyó a Colombia cuando se habla de violencia vinculada al tráfico de drogas. La multiplicación de las masacres en las ciudades del Norte próximas a la frontera, y en particular en Ciudad Juárez, concentró la atención de los medios de comunicacíon y suscitó la inquietud no sólo de los medios políticos internacionales sino también de los inversores extranjeros. Entre 2006 y 2010, la guerra lanzada por el Gobierno contra los carteles habría hecho más de 28.000 muertes y no parece poder ganarse.



L’Amérique latine et le secteur énergétique :
entre puissance et dépendance


Passages 2050, Lettre 19

http://my.weblet.biz/client/_DVLPT_lettre_forme.asp?ID=3051&Mode=dispatch&USER_ID=240


À l’heure où vient de se conclure le dernier sommet de Cancún sur le changement climatique (29 novembre-10 décembre 2010), il est plus que jamais nécessaire de s’interroger sur la place que peut et doit occuper l’Amérique latine dans le secteur de la production énergétique et dans celui de la défense de l’environnement. Il serait cependant illusoire de penser que la question se résume à la confrontation entre ces deux termes. En effet, il ne s’agit pas seulement de produire plus, à la fois pour exporter sur les marchés internationaux et pour faire face à une consommation intérieure en constante augmentation : il faut aussi s’interroger sur ce que signifie un partage équitable des ressources dites « naturelles » dans des pays qui ont trop longtemps été considérés comme de simples fournisseurs de matières premières pour les nations industrialisées du Nord géopolitique...



De Lênin à Lacoste. Os arquétipos espaciais de subdesenvolvimento
em Compreendo a complexidade socioespacial contemporânea
dir : Marie Teresa F. Ribeiro et Carlos Roberto S. Milani,
Salvador, EDUFBA, 2009, pp. 86-113.

http://www.scribd.com/doc/57350173/2009-lenin-lacoste-subdesenvolvimento


Le but de cette étude est de réfléchir sur les concepts d’espace et de territoire appliqués à la notion de sous-développement. En confrontant les points de vue de penseurs libéraux et de géographes marxistes ou marxiens, il s’agit de rendre au territoire la place qui lui revient dans la compréhension de phénomènes économiques trop souvent considérés à l’échelle globale, sans prendre en compte la dimension spatiale qui explique l’organisation interne et externe des sociétés. En effet, l’étude du sous-développement butte sur la notion d’échelle territoriale car elle se réduit trop souvent à l’expression métaphorique des relations de pouvoir qui s’établissent entre dominants et dominés par le biais de l’opposition centre/périphérie et d'un nombre réduit d'archétypes spatiaux.Pour comprendre ce que peut signifier encore aujourd’hui la notion de sous-développement il est donc nécessaire de dépasser les clivages idéologiques qui ont marqué les années 1960-1980 mais aussi de les resituer dans leur contexte scientifique. Il faut en outre s'affranchir des frontières académiques qui fragmentent les sciences sociales sous prétexte de quantifier et de hiérarchiser les modes d’information, comme si les sociétés n’étaient pas à la fois le producteur et le produit de leurs territoires.

O Objetivo deste estudo é de refletir sobre o conceito de espaço e território aplicados à noção de subdesenvolvimento. Confrontando os pontos de vista dos autores liberais e de geógrafos marxistas ou marxianos, pretende-se dar ao território o lugar reivindicado para a compreensão dos fenômenos econômicos, com freqüência tratado em escala global, sem considerar a dimensão espacial que explica a organização interna e externa das sociedades. ), O estudo do subdesenvolvimento se bate sobre a noção de escala territorial, na medida em que se reduz sempre à expressão metafórica das relações de poder que se estabelecem entre dominantes e dominados através do viés da oposição centro/periferia e de un reduzido números de arquetipos espaciais. Para compreender o que pode significar ainda hoje a noção de subdesenvolvimento é preciso ultrapassar os crivos ideológicos que marcaram os anos 1960-1980, mas também o seu reposicionamento no contexto científico. Não é apenas uma clivagem ideológica que precisa ser superada, mas também as fronteiras acadêmicas que fragmentam as ciências sob o pretexto de quantificar e hierarquizar as formas de informação, como se as sociedades não fossem produtoras e o produtos de seus territórios.

The purpose of this study is to think about the concepts of space and territory applied to the concept of underdevelopment. By comparing the views of liberal thinkers and Marxist or Marxian geographers, we want to give the land its rightful place in the understanding of economic phenomena too often considered at a global scale, without taking into account the spatial dimension explaining the internal and external organization of societies. Indeed, the study of underdevelopment strikes on the notion of territorial scale because it is too often reduced to the metaphorical expression of power relations established between dominant and dominated through the opposition “center-periphery” and a reduced number of spatial archetypes. To understand what means today the concept of underdevelopment it is necessary to overcome the ideological divisions that characterized the years 1960-1980 but also to relocate them in their scientific context. It must also overcome the academic boundaries that fragment the social sciences pretexting to quantify and prioritize the types of information as if the societies were not both the producer and the product of their territories.



Mexique, États-Unis et narcotrafic: une coopération binationale en terrain miné
Diplomatie n°58
septembre/octobre 2012, pp. 67-71.

http://www.scribd.com/doc/105783616


Les ravages occasionnés par le narcotrafic des cartels mexicains ont commandé la mise en œuvre d'une lutte armée particulièrement violente. Description d'un combat épineux mené par des forces armées mexicaines équipées par le gouvernement américain.


Renouveau au Mexique ?

Point de vue
Ouest France
29 janvier 2013.







Des communautés mayas en lutte pour leurs terres.
San Juan Sacatepéquez contre l’entreprise CEMPRO


Divergences 2, n° 39, juillet 2014

http://divergences2.divergences.be/spip.php?article926

En mai 2014, Isabel Turuy Patzan, maire communautaire du village d’el Pilar II à San Juan Sacatepéquez (Guatemala) a été invité à Paris et à Bruxelles par l’Union européenne pour participer au forum annuel de l’Instrument européen sur la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH). Agé de trente-deux ans, ce floriculteur maya spécialisé dans la production de roses est devenu le porte-parole de douze communautés directement affectées par la présence sur leur territoire de la compagnie Cementos Progreso (CEMPRO) qui, au nom de la modernité et du développement économique, pille les ressources locales, prive les paysans de l’accès à la terre, détruit l’environnement et menace des lieux sacrés.


Souvenirs de la Violence et espoirs de Révolution :
les peintures murales de l’Université d’Antioquia (Colombie)

Divergences 2
n° 40, novembre 2014

http://divergences2.divergences.be/spip.php?article989

Fondée en 1803 à Medellín, l’Université d’Antioquia est la plus ancienne université publique de Colombie. Bien au-delà de ses frontières académiques, elle joue un rôle central dans l’organisation de la recherche et de l’enseignement à l’échelle nationale et se caractérise par un très fort engagement social et politique. Dans un pays qui, depuis plusieurs décennies, vit au rythme de la guerre civile et de la violence, ses enseignant(e)s et ses étudiant(e)s ont choisi leur camp. Alors que le contexte colombien est favorable aux privatisations, au recul de l’État et à la fragmentation de la société, l’université d’Antioquia revendique son statut d’institution publique ouverte à toutes les classes sociales et à tous les groupes ethniques.
Les murales de l’université d’Antioquia sont un rappel constant de la violence politique qui caractérise le pays depuis ses origines. Leurs auteurs, individuels ou collectifs, ont voulu inscrire sur les murs la mémoire de celles et ceux qui ont perdu la vie pour défendre l’idée d’une société juste.


Mort à la ville innovante, inclusive et équitable !
Regards critiques sur le 7e Forum Urbain Mondial (Medellín, Colombie, avril 2014)


Divergences 2
n° 40, novembre 2014

http://divergences2.divergences.be/spip.php?article992

En avril 2014 s’est tenu le 7e Forum Urbain Mondial (World Urban Forum – WUF) dans la ville emblématique de Medellin, présenté depuis une dizaine d’année comme un modèle d’urbanisme social après avoir été surtout connue pour être une des capitales mondiales de la violence et du trafic de drogue. Ce type de grande messe est une occasion pour tous les acteurs du développement durable, de la ville inclusive, de l’innovation et de la résilience de venir présenter leurs analyses et leurs produits (équitables, forcément équitables) entre deux petits-fours et une coupe de champagne


Projets hydroélectriques en terre maya :
les communautés mayas Chor’Ti’ en lutte


Divergences 2, n° 42, juillet 2015

http://divergences2.divergences.be/spip.php?article1258&lang=fr




L'Amérique du Nord au-delà des frontières

Avec Cynthia Ghorra-Gobin

Dans
Canada, États-Unis, Mexique
Paris, SEDES-CNED, 2012
pp. 7-16


https://www.researchgate.net/publication/281824721_Canada-tats-Unis-Mexique__lAmrique_du_Nord_au-del_des_frontires

https://www.academia.edu/15769475/Canada_%C3%89tats-Unis_Mexique_l_Am%C3%A9rique_du_Nord_au-del%C3%A0_des_fronti%C3%A8res


Un tsunami à marée basse
Ouest France
Hors-série: Où va le monde ?
Dossier : Amérique latine. La gauche mal en point
19 décembre 2015, p. 105.

Voir le profil de l'utilisateur http://alain.musset.superforum.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum