Le site officiel de Alain Musset: Biographie, Bibliographie, Infos, Discussions, Actualités... simplement en un clic!


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le film de Mel Gibson "Apocalypto"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le film de Mel Gibson "Apocalypto" le Ven 17 Avr - 0:56

"Le géographe Alain Musset, a la franchise de l’annoncer d’emblée: il n’a pas pu ou voulu regarder Apocalypto jusqu’au bout. Mais, son article pour les Cafés Géographiques fait l’effort de dépasser sa réaction épidermique et de s’affranchir de la polémique, pour réfléchir sur un film qu’il attendait d’ailleurs avec impatience : rares sont les réalisateurs qui se sont penchés sur les sociétés préhispaniques, et ça n'a pas été toujours pour le meilleur. "Le 1492 de Ridley Scott est une vaste pantalonnade fondée sur une série de contresens historiques, notamment quand on voit Depardieu Colomb proclamer urbi et orbi qu’il est heureux d’avoir découvert un nouveau monde alors que Christophe (le vrai) a toujours soutenu le contraire : il ne pouvait pas admettre que le Bible avait oublié un continent que ni Pline l’Ancien ni Pierre d’Ailly [1] n’évoquaient dans leurs écrits."
Alain Musset ne s’arrête pas aux anachronismes et contresens historiques du film (fort bien résumés dans cette interview de l’historienne Charlotte Arnauld, qui parle de "saupoudrage [documentaire] sur un scénario ethnocentrique occidental"), même si le film joue lui même sur l’ambiguïté ("en choisissant de faire s’exprimer ses acteurs en yucatèque, il adopte un parti pris qui risque de tromper le spectateur en lui faisant croire qu’il y a, derrière les images, un discours d’anthropologue", dixit Musset). Il a le mérite de reconnaître que Mel Gibson "travaille plutôt dans le symbolique et la métaphore.", rappelant notamment la parabole-clé sur l’être humain que raconte l’Ancien lors de la veillée. En évoquant l’apocalypse Maya, c’est la fin de notre monde qu’annonce le réalisateur, en conformité sans doute avec ses convictions religieuses, mais aussi en phase avec l’écologisme inquiet qui baigne nos sociétés occidentales en ce début de millénaire (cf Une vérité qui dérange).
De la même manière que Terence Malick avec Le Nouveau Monde, il s’inscrit également dans une tradition philosophique anglo-saxonne "qui consiste à dénigrer le monde urbain et à parer la nature sauvage (wilderness) de toutes les vertus. Patte de jaguar devient le porte-parole imprévu des deux penseurs, Thoreau et Emerson, qui ont durablement marqué la philosophie nord-américaine en dénonçant les maux de la ville moderne et du machinisme triomphant." Mais si le film de Malick dépeignait, un peu angéliquement, les amérindiens en bons sauvages, Gibson verse, par la surenchère de violence, dans l’excès inverse. Au delà de la fascination de l’auteur (et du public, à en juger par le succès du film outre-Atlantique) pour la violence, Alain Musset y voit un parti pris très idéologique : "Un tel spectacle justifie a posteriori la conquête de l’Amérique, le massacre des populations rétives et la conversion forcée des survivants. D’ailleurs, le réalisateur sous-entend que ces Indiens polythéistes étaient prêts, sans le savoir, à écouter la parole divine. Quand une mère obligée d’abandonner ses enfants au bord de la rivière adresse une douce prière à Ixchel, déesse de la Terre et de la Lune, femme d’Itzamma et protectrice des femmes enceintes, c’est la Vierge Marie qui se profile à l’horizon. Comme Gibson, les prêtres Espagnols ont longtemps cherché dans les pratiques religieuses des populations indigènes des signes d’une évangélisation oubliée et certains groupes religieux nord-américains ont financé des fouilles archéologiques dans le Chiapas afin de retrouver les traces des dix tribus perdues d’Israël."
On s’avouera plus dubitatifs sur ce point : n’est-ce pas un procès d’intention fait à l’auteur de La Passion du Christ plus qu’un trait déterminant du film ? La politique des auteurs, qui a sauvé tant de petits films de grands réalisateurs, semble dans le cas de Mel Gibson s’appliquer plutôt à charge…
[Apocalypto de Mel Gibson. 2006. Durée : 2 h 18. Distribution : Quinta Communication. Sortie le 10 Janvier 2007]"



vu sur Zéro de Conduite: http://www.zerodeconduite.net/archives.php?mode=films&keyword=Histoire&titreFilm=Apocalypto



Dernière édition par Lando (webmaster) le Sam 2 Mai - 21:57, édité 1 fois


_________________
Que la Force soit avec vous Wink
Voir le profil de l'utilisateur http://graphicworld.graphforum.com
Salut Lando! Ce n'est pas de ma faute si j'ai détesté ce film... Tu pourras d'ailleurs lire mon analyse complète sur le site des cafés géographiques. Par ailleurs, j'attends toujours les exemplaires de mon bouquin pour t'en envoyer un. J'espère qu'ils ne tarderont pas trop... Haqsta pronto
Alain

Voir le profil de l'utilisateur http://alain.musset.superforum.fr
Merci Alain Smile
Voilà, j'ai retrouvé ton commentaire complet d'Apocalypto:

Je serai franc dès le départ : ayant exercé mon droit de retrait, je suis parti avant la fin du film au moment où une sorte de panthère noire (à moins qu’il ne s’agisse d’un jaguar au taux de mélanine très élevé) dévorait avec volupté la tête d’un guerrier maya qui l’avait bien cherché parce qu’il voulait faire du mal au héros du film, justement appelé « Patte de jaguar ». Comme quoi, les scénarios bien ficelés autorisent des épisodes savoureux (surtout pour le carnassier). Je suis parti car je ne partage pas avec Mel Gibson son goût du sang, de la merde et de la putréfaction. Je suis parti car j’en avais assez de voir le peuple maya résumé à deux grandes familles : les imbéciles plus ou moins heureux et les sadiques franchement démoniaques. Je ne saurai donc jamais si la femme enceinte de « Patte de jaguar » pourra sortir du trou où elle s’était cachée pour échapper aux brutes qui la poursuivaient. Je ne saurai jamais si des Chrétiens plein de compassion viendront un jour mettre un peu de paix et de lumière dans une région du monde plongée dans les ténèbres et la violence...La suite ici!


_________________
Que la Force soit avec vous Wink
Voir le profil de l'utilisateur http://graphicworld.graphforum.com
Et oui... Ce compte-rendu m'a valu de très fortes attaques de la part des fans de Mel Gibson. C'est pour éviter qu'ils me reconnaissent que je me promène tout le temps dans les lieux publics avec mon masque de Dark Vador!

Voir le profil de l'utilisateur http://alain.musset.superforum.fr
looool ! Sacré darky va! Very Happy


_________________
Que la Force soit avec vous Wink
Voir le profil de l'utilisateur http://graphicworld.graphforum.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum