Le site officiel de Alain Musset: Biographie, Bibliographie, Infos, Discussions, Actualités... simplement en un clic!


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Honduras: Les putschistes déclarent l'état de siège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Honduras: Les putschistes déclarent l'état de siège
20 minutes
29 septembre 2009

www.20minutes.fr/.../Monde-Les-putschistes-declarent-l-etat-de-siege.php




Un décret autorise la police et l'armée à arrêter toute personne jugée suspecte.

La situation se tend au Honduras. Une semaine après son retour clandestin dans le pays, Manuel Zelaya, le président renversé par un coup d'Etat fin juin, a appelé hier la communauté internationale à « réagir immédiatement avant que le meurtre d'un dirigeant se produise ». Cet appel à l'aide intervient alors que le gouvernement putschiste de Roberto Micheletti durcit ses positions. Hier, les deux principaux médias d'opposition ont été fermés. Dimanche, un décret a été signé pour restreindre les libertés publiques et autoriser la police et l'armée à arrêter toute personne jugée suspecte. « C'est l'officialisation de l'état de siège pour 45 jours », explique Alain Musset, de l'Institut des Amériques.

Depuis le retour surprise du Président, des milliers de partisans manifestent tous les jours devant l'ambassade du Brésil, où Zelaya a trouvé refuge. Dimanche, il les avait même appelés à marcher sur la capitale, Tegucigalpa, pour mener l'« offensive finale ». « Zelaya et Micheletti craignent que la situation ne dégénère en bain de sang, affirme Alain Musset. Mais personne n'a intérêt à aller jusqu'au clash. » Le chef d'Etat brésilien « Lula » a tenté de calmer le jeu en demandant au chef de l'Etat déchu de ne pas faire d'« incitations sortant du cadre démocratique ». Mais le soutien que lui apporte le Brésil agace les putschistes. « Si dans les dix jours le statut de Manuel Zelaya n'a pas été défini, la représentation du Brésil perdra sa condition diplomatique », a menacé le ministre des Affaires étrangères. L'ambassade est actuellement cernée par les forces de l'ordre et subit des rationnements d'électricité et de vivres. Lula a rétorqué qu'il ne se plierait pas à un ultimatum et rappelé qu'une « ambassade est inviolable ». La sortie de crise s'annonce difficile. Une mission de médiation de l'Organisation des Etats américains (OEA) a été expulsée dimanche. Hier, son responsable américain a qualifié d'« irresponsable » le retour de Zelaya. Un discours en rupture avec celui de la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, qui avait estimé la semaine dernière que ce retour constituait une chance de résoudre la crise politique dans le pays.

Voir le profil de l'utilisateur http://alain.musset.superforum.fr
Je suis aussi cette affaire du coin de l'oeil et c'est pas joli joli. Sad Entre un ancien président qui a tenté de violer la constitution pour rester au pouvoir et qui est retranché dans l'ambassade du Brésil sans électricité, et un nouveau gouvernement qui lui tente de s'accrocher au pouvoir coûte que coûte... c'est pas rassurant du tout Neutral . Manquerait plus que Hugo Chavez s'en mêle militairement et ça deviendrait explosif Suspect .


_________________
Que la Force soit avec vous Wink
Voir le profil de l'utilisateur http://graphicworld.graphforum.com
Non, ne t'en fais pas, Hugo Chavez ne va pas s'y mettre, il n'est pas fou! En revanche, il faut bien faire attention: Zelaya n'a jamais essayé de violer la constitution, Constitution d'ailleurs tout à fait récente puisqu'elle ne date que de 1982 et qu'elle a été imposée par les militaires... Il a juste envisagé d'organiser une consultation (même pas un référendum) pour demander au citoyens honduriens si, le cas échéant, ils seraient d'accord pour qu'on étudie un projet d'amendement qui permettrait au président de se représenter aux élections alors que ça lui est interdit actuellement (c'est la constitution de 1982 qui l'interdit pour garantir la continuité du pouvoir réel entre les mains des forces armées- la Constitution de 1957 permettait la réélection sous condition du président). J'ai écrit un article sur cette question, mais je ne sais pas quand il sera publié... Je crois que les protagonistes de l'affaire seront enterrés depuis longtemps quand mon texte sortira!

Voir le profil de l'utilisateur http://alain.musset.superforum.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum