Le site officiel de Alain Musset
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le site officiel de Alain Musset: Biographie, Bibliographie, Infos, Discussions, Actualités... simplement en un clic!

Le Deal du moment : -22%
-200€ sur la TV LG 55NANO86 55″ NanoCell ...
Voir le deal
699.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le développement et ses approches2

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

darkalain

darkalain
Admin
Admin
LE DÉVELOPPEMENT ET SES APPROCHES

Alain Musset, Claire Perenchio

Campus Condorcet, bâtiment Recherche Sud, salle 0.033

Mardi 15h - 17 h (du 11/02/20 au 12/05/20)



introduction générale

Présentation du séminaire, modes d'évaluation. Préparation de la journée d'études "Justice, égalité, équité. Une approche par les sciences sociales"


JUSTICE, EGALITE, EQUITE
UNE APPROCHE PAR LES SCIENCES SOCIALES

Quelques remarques pour lancer le débat


Les réflexions sur la notion d’équité, associée à celles d’égalité et de justice, remontent à l’Antiquité. On considère généralement que les premières formalisations philosophiques de l’idée d’équité remontent à Aristote. Dès l’Antiquité en effet, au Ve siècle avant JC, la société athénienne connaissait  le régime de l’égalité entre tous les citoyens devant la loi : « On considère généralement comme étant injuste à la fois celui qui viole la loi, celui qui prend plus que son dû, et enfin celui qui manque à l’égalité de sorte que de toute évidence l’homme juste sera à la fois celui qui observe la loi et celui qui respecte l’égalité. Le juste donc, est ce qui est conforme à la loi et ce qui respecte l’égalité, et l’injuste [1129b] ce qui est contraire à la loi et ce qui manque à l’égalité » » (Aristote, Éthique à Nicomaque, Livre V, chapitre 2).
Cependant, Atistote nous rappelle la loi se caractérise par sa généralité et qu’elle ne peut intégrer les multiples cas particuliers auxquels le juge doit faire face lors de son application concrète : « Ce qui fait la difficulté, c’est que l’équitable, tout en étant juste, n’est pas le juste selon la loi, mais un correctif de la justice légale. La raison en est que la loi est toujours quelque chose de général et qu’il y a des cas d’espèce pour lesquels il n’est pas possible de poser un énoncé général qui s’y applique avec rectitude. Dans les matières, donc, où on doit nécessairement se borner à des généralités et où il est impossible de le faire correctement, la loi ne prend en considération que les cas les plus fréquents, sans ignorer d’ailleurs les erreurs que cela peut entraîner » (Aristote, Éthique à Nicomaque, Livre V, chapitre 14).

Dans les années 1970, les travaux de John Rawls ont attiré l'attention sur la notion de justice et d'équité dans les sociétés modernes, en insistant sur les principes d'égalité et de différence.

Pour répondre à certains points du débat passionnant que nous avons eu lors de la séance du 11 février, il me paraît indispensable de citer certains passages de La justice comme équité. Une reformulation de Théorie de la justice – en soulignant que pour Rawls, c’est bien l’EQUITE et non l’EGALITE qui fonde une société juste même si on peut discuter de la traduction du titre original : Justice as fairness. En espagnol on a aussi choisi de traduire fairness par equidad même si l’étymologie d’équité renvoie à une possibilité de mesure (en latin, le substantif aequitas fait référence à l’idée d’une juste proportion établie par la comparaison entre deux termes), alors que FAIRNESS s’inscrit plutôt dans le domaine du ressenti et de l’émotion (deux choses difficiles à mesurer).
J’exclus bien entendu l’autre acception de fairness, qui pourtant en dit long sur les rapports qu’une culture entretient avec sa langue, puisque fairness signifie aussi « blondeur », « blancheur » (voir My fair angel  que l’on traduira par « mon ange blond » et pas par « mon ange équitable »). Pour Rawls, la justice n’est donc pas seulement aveugle, elle est blonde ! Je vous rappelle ce que disait Roland Barthes au sujet de la langue lors de sa leçon inaugurale au Collège de France : « La langue, comme performance de tout langage, n'est ni réactionnaire ni progressiste ; elle est tout simplement fasciste ; car le fascisme, ce n'est pas d'empêcher de dire, c'est d'obliger à dire. »
En ce qui concerne les INEGALITES, comme le dit Rawls : « Le principe de différence exige que quelle que soit l’ampleur des inégalités de richesse et de revenu, et quelle que soit la volonté des gens de travailler pour obtenir une part plus importante de la production, les inégalités existantes doivent contribuer à améliorer le sort des gens les plus défavorisés de la société » (p. 96). Malheureusement, Rawls ne nous dit pas comment ces inégalités peuvent en soi améliorer le sort des plus défavorisés et il ne nous donne ni l’équation ni la recette pour calculer la part d’inégalités qui serait considérée comme juste et acceptable par celles et ceux qui profitent le moins du système (ou qui sont dominé.es et exploité.es par le système).
En ce qui concerne les DONS INNES, Rawls s’oppose radicalement à la proposition bien connue de Marx : « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » (p. 108). Pourquoi ? Parce que « nos dons innés sont les nôtres et non pas ceux de la société : nous ne pouvons pas être sujets à une taxe per capita qui égaliserait les avantages que nos dons pourraient nous conférer, car cela violerait nos libertés de base » (p. 108). Dans la conclusion de mon ouvrage Ciudad, Sociedad, Justicia. Une enfoque espacial y cultural (2010), je me permets de m’interroger sur ce point : « Cette affirmation, fondée sur une perception de l’individu sorti de son contexte, doit être relativisée. En effet, les dons supposés innés des individus ne font sens que dans une société qui leur accorde une valeur proportionnelle aux besoins théoriques qu’elle a identifiés, définis et mesurés pour son bien-être – valeur qui peut varier dans le temps et dans l’espace. Elle entre d’ailleurs en partie en contradiction avec une remarque antérieure de Rawls selon laquelle l’intelligence ou les capacités naturelles des individus ne sont pas « des atouts naturels fixes dont la valeur serait constante » (p. 87), mais qu’elles dépendent aussi des conditions sociales, en particulier de l’éducation. Contradiction en partie seulement, car en soulignant le rôle du cadre social dans le développement des capacités de l’individu, Rawls n’envisage pas le caractère relatif de ces capacités : de son point de vue, pour être potentielles, elles n’en sont pas moins générales, universelles et intemporelles ».
Un dernier point sur la PROPRIETE. Rawls récuse ce qu’il appelle le « capitalisme de l’Etat-Providence » caractéristique d’un régime socialiste et préfère une démocratie de propriétaires : « Le contexte institutionnel de la démocratie de propriétaires travaille à disperser la propriété des richesses et du capital et donc à empêcher qu’une partie infime de la société contrôle l’économie et, indirectement la vie politique » (192). Et si on envisageait une démocratie sans propriété ?

Il reste que, dans la lignée des travaux de Rawls, économistes et géographes ont travaillé sur la relation que l'on peut établir entre la justice sociale et le territoire afin de mettre en évidence l'expression spatiale des inégalités et le sentiment d'injustice qui en découle pour les citoyens et les communautés (sociales ou ethniques). C'est en particulier le cas de David Harvey qui a publié en 1973 Social justice and the City, livre fondateur qui s'intéresse entre autres sujets aux mécanismes de ségrégation et d'exclusion dans les territoires urbains.
Dans les années 1980, Alain Reynaud a utilisé la notion de justice pour guider son raisonnement géographique, considérant que le territoire est à la fois disputé pour sa valeur économique et doté d'une forte charge symbolique (Société, espace et justice. Inégalités régionales et justice socio-spatiale, Paris, PUF, 1981). Dans ce domaine, le modèle classique centre/périphérie est au cœur des débats mais il n'est pas exclusif d'autres formes d'inégalités socio-spatiales.
Un demi-siècle après les travaux pionniers de Rawls et d'Harvey, la question est toujours d'actualité. A tous les niveaux décisionnels la notion de justice est devenue une référence obligatoire car elle permet de légitimer (ou de critiquer) aussi bien les stratégies des entreprises privées que les politiques publiques mises en œuvre par les États. Elle justifie ainsi la nécessité d'un retour en force de la puissance publique dans des sociétés dominées par les marchés afin de réduire les inégalités sociales et économiques.
Nous vous invitons donc à réfléchir sur le thème de la journée d’études à partir de vos travaux de recherche qui tous, à un moment ou à un autre, finissent par croiser les chemins tortueux de la justice, de l’égalité et de l’équité. Tous les terrains, tous les objets peuvent être envisagés dans cette perspective : les politiques publiques, l’aménagement du territoire, les processus de fragmentation ou de ségrégation socio-spatiale, la place des minorités et des « communautés » dans la ville, l’environnement…
Nous en discuterons la prochaine fois.




Références bibliographiques


Revue électronique : Justice spatiale, Spatial Justice (http://jssj.org)

Amin, Samir, 1973, Le développement inégal, Paris, Ed. de Minuit, 1973.

Annales de Géographie, dossier "Justice spatiale", sous la direction de Philippe Gervais-Lambony et Frédéric Dufaux, n° 665-666, 2009.

Audard, Catherine, “Principes de justice et principes du libéralisme : la neutralité de la théorie de Rawls”, dan Audard C., Dupuy J-P., Sève R., Individu et Justice sociale, autour de John Rawls, Paris, Le Seuil, 1988, pp. 158-192.

Audard, Catherine (dir.), John Rawls, Politique et métaphysique, Paris, PUF, 2004.

Backouche, Isabelle (et alt.), La dimension spatiale des inégalités. Regards croisés des sciences sociales, Rennes, PUR, 2011.

Bailly, Antoine S., « Espace et justice sociale », L’espace géographique, n°4, 1978, pp. 300-310.

Bethancourt, Francisco (ed), Inequality in the portuguese-Speaking World. Global and Historical Perspectives, Sussex Academic Press, 2018.

Bihr Alain, y Roland Pfefferkorn , Le système des inégalités, Paris : La Découverte, Coll. Repères n° 511, Mars 2008

Bouffartigue, Paul (sous la dir. de), Le Retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, La Dispute, Paris, 2004.

Billard, Gérald et Arnaud Brennetot, Le périurbain a-t-il mauvaise presse ? Analyse géoéthique du discours médiatique à propos de l’espace périurbain en France », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 09 January 2013. URL : http://articulo.revues.org/1372

Bourdieu, Pierre, « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, janvier 1980, vol. 31, pp. 2-3.

Brennetot, Arnaud, « Pour une géoéthique. Éléments pour une analyse des conceptions de la justice spatiale », L’Espace géographique, n° 1, 2010, pp. 75-88.

Bret, Bernard, « Les inégalités : une question de géographie politique », L’Information géographique n° 60, pp. 10-19, 1996.

Bret, Bernard, Justice et Territoire, essai d'interprétation du Nordeste du Brésil, Thèse d'Etat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2000.

Bret, Bernard, « Inégalité sociale et cohésion territoriale, pour une lecture rawlsienne du territoire brésilien », Géocrarrefour, volume 83, n°2, 2006, pp. 183-191

Bret, Bernard, Philippe Gervais-Lambony, Claire Jancock et Frédéric Landy (dir.), Justice et injustices spatiales, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2010.

Bret, Bernard , “Équité territoriale”, Hypergéo : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article416.

Bret, Bernard, Pour une géographie du juste. Lire les territoires à la lumière de la philosophie morale de John Rawls, nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2015.

Claval, Paul, « espace et justice sociale », L’espace géographique, n°4, 1978, pp. 303-304.
Clerval, Anne, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, 2013
Clerval, Anne, Antoine Fleury, Julien Rebotier et Serge Weber (di.), Espace et rapports sociaux de domination, Rennes, PUR, 2015.

Coates B. E., Johnston R. J., Knox P. L., Geography and Inequality, Oxford, Oxford University Press, 1977.

Chomsky, Noam, Foucault, Michel, traduit par A. Rabinovitch, De la nature humaine, Justice contre pouvoir, L’Herne, Paris, 2006.

Dubet, François, Injustices. L'expérience des inégalités au travail. Paris : Seuil, 2008.

Dubet, François, Les Inégalités multipliées, éditions de l'Aube, 2000

Dubet, François, Injustices, Seuil, 2006

Dubet, François, Les places et les chances, Seuil, 2010.

Echeverría Ramirez, María Clara (coord. Gen.), Retos del habitat. Por la vida, la equidad y los derechos territoriales, Medellin, Universidad Nacional de Colombia, Escuela del Habitat, 2016

Eckstein, Susan (ed.). Power and Popular Protest. Latin American Social Movements. Berkeley : University of California Press, 2001
Etudes, Revue de culture contemporaine, Justice, égalité, équité, Janvier 2011.

Fainstein, Susan, The Just City, Cornell University Press, 2011.

Fainstein, Susan, « Land Value Capture and Justice », in Gregory K. Ingram and Yu-Hung Hong (dir.), Value Capture and Land Policies, Lincoln Institute of Land Policy, Hollis, 2012.

Foucault, Michel, Sécurité, territoire et population, Cours au Collège de France (1977-1978), Seuil, Paris, 2004.

Fraser, Nancy, Scales of Justice. Reimaging Political Space in a Globalizing World, Cambridge, Polity Press, 2008.

Fraser, Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et distribution, Paris La découverte, 2011 (2005).

Garnier, Jean-Pierre, La Bourse ou la Ville, Paris-Méditerranée, « Les pieds dans le plat », 1997.

Garnier, Jean-Pierre, Des barbares dans la cité: De la tyrannie du marché à la violence urbaine, Paris, Flammarion, 1998.

Garnier, Jean-Pierre, Le nouvel ordre local - Gouverner la violence, Paris, L’Harmattan, 1999.

Garnier, Jean-Pierre, Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires, Editions Agone, 2010

Philippe Gervais-Lambony, C. Bénit-Gbaffou, J.-L. Piermay, A. Musset, S. Planel (dir.), La justice spatiale et la ville. Regards du Sud Paris, Karthala, 2014.
Goirand, Camille. « Penser les mouvements sociaux d'Amérique latine. Les approches des mobilisations depuis les années 1970 ». Revue française de science politique, 60/2010
Gottmann, Jean, La politique des États et leur géographie, Paris, CTHS, 2007 (1952).

Granero Realini, Guadalupe, Territorios de la desigualdad. Politica urbana y justicia espacial, Ciudad Autonoma De Buenos Aires, 2017.

Guienne, Véronique, L'injustice sociale, Paris, Eres, 2006.

Hancock, Claire; Lelévrier, Christine; Ripoll, Fabrice; Weber, Serge; Simon, Patrick, Discrimimations territoriales : entre interpellation politique et sentiment d'injustice des habitants 2016.
Harvey, David, Social Justice and the City, London, Edward Arnold, 1973.

Harvey, David. The urbanization of Capital. Studies in the history and theory of urbanization. London: Basil Blackwell, 1985.

Harvey, David, “Social justice, Postmodernism and the City”, International Journal of Urban and Regional Research, 16, 4, 1992, pp. 588-601.

Harvey, David, Justice, Nature and the Geography of Difference, Blackwell, Cambridge, 1996.

Harvey, David. Spaces of hope. Edinburgh,  Edinburgh University Press, 2000.

Harvey, David, Spaces of global capitalism, Verso, 2006.

Harvey, David, The right to the city. New Left Review, September - October 2008, n° 53. Edición española: New Left Review, n° 53, nov - dic 2008.

Harvey, David, Le capitalisme contre le droit à la ville, Paris, Editions Amsterdam, 2011.

Harvey, David, Villes rebelles, Paris, Buchet-Chastel, 2015.

Ingram Gregory K. and Yu-Hung Hong (Ed.), Value Capture and Land Policies, Lincoln Institute of Land Policies, Cambridge, Massachusetts, 2012
https://www.lincolninst.edu/pubs/dl/2177_1502_LP2011_ch02_Land_Value_Capture_and_Justice.pdf

Kymlicka, Will, Les théories de la justice : une introduction : Libéraux, utilitaristes, libertariens, marxistes, communautariens, féministes, Paris, La Découverte, 1999.

Lee, R. et Smith, D. M., Geographies and moralities. International perspectives on Development, Justice and Place, Londres, Blackwell, 2004.

Lefèbvre, Henri, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968.

Lefèbvre, Henri, L’urbanisme aujourd’hui. Mythes et réalités. Les Cahiers du Centre d’Études Socialistes, sept-oct. 1967, n°72-73.

Lefèbvre, Henri, Espace et politique, Le Droit à la ville II, deuxième édition, Anthropos, Paris, 2000.

Lefèbvre, Henri, L’espace : produit social et valeur d’usage. La  Nouvelle Revue socialiste, 1976, n° 18.

Leibler, Laure et Alain Musset, “¿Un Transporte hacia la Justicia Espacial? El caso del Metrocable y de la Comuna Nororiental de Medellín, Colombia”, disponible en http://eventos.filo.uba.ar/index.php/geocritica/2010/paper/view/89

Leibler, Laure et Alain Musset, « De la justicia para pensar y hacer la ciudad : un análisis del Metrocable de Medellín », (en collaboration avec Laure Leibler), Actas del Hábitat, Universidad Nacional de Colombia, Facultad de Arquitectura-Sede Medellín, n°2, octobre 2011, pp. 86-102.

Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009, 220 p.

Marcuse, Peter, James Connolly, Johannes Novy, Ingrid Olivo, Cuz Potter and Justin Steil (ed.), Searching for the Just City. Debates in Urban Theory and Practice, New York, Routledge, 2009.

Marshall Smith, David, Geography and Social Justice, Oxford, Blackwell, 1994.

Mathivet, Charlotte (dir.), La terre est à nous ! Pour la fonction sociales du logement et du foncier, résistances et alternatives, Passerelle, 2014.

Mathivet, Charlotte (dir.), De quoi le droit à la ville est-il le nom?,  Passerelle n° 15, Coderem-Ritimo, septembre 2016

Melucci, Alberto. Acción colectiva, vida cotidiana y democracia. México, D.F : El Colegio de México, Centro de Estudios Sociológicos, 1999
Merklen, Denis et Pleyers, Geoffrey. « La localisation des mouvements sociaux ». Cahiers des Amériques latines, 66/2011
Merrifield Andy et Erik Swyngedouw (éds.), The Urbanization of Injustice, Londres, Lawrence and Wishart, 1996.

Mitchell, Don, The Right to the City : Social Justice and the Fight for Public Space, New York, Guilford Publications, 2003.

Mouffe Chantal et Errejón Íñigo. Construire un peuple. Pour une radicalisation de la démocratie. Paris : Les éditions du Cerf, 2017
Mouvements, 2013/2 (n° 74) , « La ville brûle-t-elle ? Pour une réappropriation citoyenne de nos villes »

Musset, Alain, ¿Geohistoria o Geoficción? Ciudades vulnerables y justicia espacial, Medellín, Universidad de Antioquia, 2009.

Musset, Alain, « León/Sutiaba (Nicaragua) : frontière ethnique et justice spatiale », Annales de Géographie, n° 665-666, 2009, pp. 116-137.

Musset, Alain (dir.), Ciudad, Sociedad, Justicia. Un enfoque espacial y cultural, Mar del Plata, EUDEM, 2010.

Musset, Alain, « El mito de la ciudad justa. Una estafa neoliberal », Bitácora Urbano Territorial, n° 25, Octobre 2015, pp. 125-134.

Neveu, Érik. Sociologie des mouvements sociaux. Paris : La Découverte, 2011
Norois, n° 195 (2005/2), « L'appropriation de l'espace : sur la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de pouvoir ».

Nussbaum, Frontiers of Justice, Harvard, Harvard université Presse, 2006.

Peixoto Faria, Teresa de Jesus et Alain Musset (dir.),  Desigualdades, (in)justicia socioespacial y resistencia en las ciudades latinoamericanas, sous la direction de, Geografares n° 22, juillet-décembre 2016.

Pirie, Gordon, “On Spatial Justice”, Environment and planning, A 15, 1983, pp. 465-473.

Policar, A, La justice sociale. Les enjeux du pluralisme, Paris, Armand Colin, 2006.

Pumain, denise, « Geoadvertainment et géoéthique », Cybergéo, Editoriaux, 14/01/2009.

Racine, J.-B., « Bien-être et justice socio-spatiale : vers une géographie de la pertinence sociale », L’espace géographique, tome 17, n°3, 1984, pp. 72-78.

Rawls, John, Théorie de la justice, Paris, Le Seuil, 1987.

Rawls, John, La justice comme équité. Une reformulation de la théorie de la Justice, Paris, La Découverte, 2008.

Reynaud, Alain, « Justice spatiale et État, l’exemple des États-Unis », L’espace géographique, tome 6, n° 1, Paris, pp. 35-40, 1978.

Reynaud, Alain, Société, espace et justice. Inégalités régionales et justice socio-spatiale, Paris, PUF, 1981.

Ricœur, Paul, Le juste, la justice et son échec, L’Herne, Paris, 2006.

Ripoll, Fabrice. « Du rôle de l’espace aux théories de l’acteur (aller-retour) : la géographie à l’épreuve des mouvements sociaux », in Séchet, Raymonde et Veschambre, Vincent (dir.). Penser et faire la géographie sociale : contribution à une épistémologie de la géographie sociale [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2006. Pp.193-210. Disponible sur :
Ripoll, Fabrice. « S’approprier l’espace... ou contester son appropriation ? Une vue des mouvements sociaux contemporains ». Norois, 195/2005

Rousseau, Jean-Jacques, 1754, Discours sur l’origine et le fondement des inégalités parmi les hommes, classiques.uqac.ca/.../discours_origine_inegalite/discours_inegalite.pdf

Rousseau, Jean-Jacques, 1762, Du contrat social, http://fr.wikisource.org/wiki/Rousseau_-_Du_contrat_social_%28texte_complet%29

Sachs-Jeantet, C. Vers la ville de la solidarité et de la citoyenneté, UNESCO, Habitat II, Istanbul, 3-14 juin 1996.

Sandel, Michael, Le libéralisme et les limites de la justice, Paris, Le Seuil, 1999.

Séchet, Raymonde, Mythes égalitaires et pauvretés, une approche géographique, Paris, CNRS, 1989.

Scripta Nova, Derecho a la ciudad y derecho para la ciudad. Un debate entre Jean Pierre Garnier y Horacio Capel. Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales. [En línea]. Barcelona: Universidad de Barcelona, 15 de febrero de 2011, vol. XV, nº 353. .

Sen, Amartya, Repenser l'inégalité, Paris, Éditions du Seuil, 2000 (1992).

Sen, Amartya, L'idée de justice, Paris, Flammarion, 2010.

Smith, David, M., The Geography of Social Well-Being in the United States, An Introduction to Territorial Social Indicators, New York, McGraw and Hill, 1973.

Smith, David, M., Geography and Social Justice, Oxford, Blackwell, 1994.

Smith, David M., Moral Geographies: Ethics in a World of Difference, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2000.

Social Forum of the Americas, World Charter for the Right to the City, Quito, 2004.

Soja, Edward, Postmodern Geographies : The Reassertion of Space in Critical Social Theory, New York, Verso, 1989.

Soja, Edward, Postmetropolis, Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Carlton, 2000.

Soja, Edward, Seeking spatial Justice, University of Minnesota Press, 2010.

Svampa, Maristella. « Mouvements sociaux, matrices sociopolitiques et nouveaux Amérique latine ». Problèmes d'Amérique latine, 74/2009
Van Parijs, Philippe, Qu'est-ce qu'une société juste?, Paris, Le Seuil, 1991.

Viladevall i Guasch y María Castrillo Romón (coords.), espacio público en la ciudad contemproránea. Perspectivas críticas sobre su gestión, su patrimonialización y su proyecto, Valladolidad, Universidad de Valladolid, 2010.

Walzer, Michael, Sphères de Justice. Une défense du pluralisme et de l’égalité, Seuil, 1997 (1983).

Wastl-Walter, Doris, Lynn A. Staeheli and Lorraine Dowler (Ed.), Rights to the City, Rome, IGU-UGI, 2000.

Young, Iris Marion, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1990.

http://alain.musset.superforum.fr

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum